Une chance

Publié le par cecinestpasunblogsurmavieaucanada

Assise près du Canal Lachine, mes yeux scrutent l'horizon des buildings montréalais, et dans ma tête ce simple fait résonne "C'est Montréal que tu regardes, prends-en conscience!". J'ai parfois l'impression de l'oublier, d'oublier que j'ai la chance d'être à Montréal, d'être dans une autre ville, sur un autre continent.

C'est vrai que je l'oublie quand je me laisse happer par toutes les choses qui encombrent et qui polluent l'essentiel. J'oublie de prendre du recul, de m'asseoir, de regarder et juste de savourer le fait d'être ici.

Quoique je fasse, mon quotidien, ma routine sont rendus plus intéressants, passionnants du fait de cette distance, de l'étranger. Une décision, celle de partir, a changé le cours des choses, a apporté un peu de piquant, d'exotisme à ma vie.

A mon retour, je ne sais pas si les choses auront changé, ce que je vais faire, mais une chose aura changé, et ce sera  moi,  je serai celle qui est partie pour le Canada, la Canadienne.

A ceux qui me disent que j'ai de la chance d'être ici, d'aller à New-York, de voyager, j'ai envie de répondre que bien sûr j'ai de la chance de pouvoir vivre ce genre d'expérience, mais que cette chance n'est pas le fruit du hasard. Les choses et les destins ne sont pas figés, parfois on le croit, on ne voit pas d'échappatoire, pas de porte de sortie à un quotidien qui nous abêtit tous les jours un peu plus, on oublie l'essentiel. Finalement, il suffit d'un peu de courage (un tout petit peu) pour se retrouver les cheveux battus par le vent, les doigts bleuis par l'encre d'un stylo-plume plus tout jeune, sur un banc, au soleil, à admirer les buildings d'une ville étrangère en se disant "Regardes, respires, tu y es!"  et avoir envie de crier un grand "YES!!!".

 

DSC_0025.JPG

 

J'avais, de temps à autre, la même sensation à Paris, j'oubliais que j'étais dans l'une des plus belles villes du monde. Quand je ressentais ça, j'allais sur le Pont des Arts et je regardais ce Paris tant rêvé, si beau, je regardais la Seine et je m'imaginais le Pont au Change au XVIIIe siècle, encombré d'habitations. Je repensais à ce cher Jean-Baptiste Grenouille, à nos cours d'histoire urbaine moderne avec M. Habad et ses grands bras arachnéens, à la statue d'Henri IV et aux manuscrits qu'elle renfermait. Au combat de Jean d'Ormesson pour faire entrer une femme, Marguerite Yourcenar, sous le dôme, aux oeuvres d'art décriées en leur temps et acclamées par la suite. Aux petites fourmis à appareils photo qui se pressent dans les galeries du Louvre, à la passerelle Sedar-Sengor où Rovère rencontre souvent la juge Lintz, à la Samaritaine et sa pompe, à la place Dauphine et à Jacques Dutronc, au musée d'Orsay et à la mère de Whistler... et à tant d'autres choses.

 

 

DSC_0104.JPG

 

DSC_0101-copie-1.JPG

 

DSC_0119.JPG

 

A Montréal, il y a un lieu qui me fait un peu le même effet, c'est le Pont Jacques-Cartier (il y aurait, je pense, une étude de la symbolique du pont assez intéressante à entreprendre!). Ce pont, d'abord je le trouve beau, et ensuite il est le symbole de Montréal, quand on pense à Montréal, mentalement on imagine ce pont, c'est le Golden Gate du St Laurent (vert et moins grand!).


DSC_0041-copie-2.JPG

 

DSC_0011-copie-2.JPG

 

 

Pour me rendre dans le centre-ville depuis Hochelaga, je pourrai marcher 15 minutes et prendre le métro, ça serait plus rapide, mais je préfère prendre le bus, parce que je vois le Pont en chemin et je pense alors à Cartier, aux Malouins envoyés à travers les mers par François Ier, à ce premier comptoir établi sur les rives du grand fleuve. A la Nouvelle-France, au courage qui leur a fallu pour construire une vie ici et à la lacheté dont ils ont fait preuve en détruisant celles des Autochtones. Je pense aussi à Gilles Villeneuve, mort à 32 ans, pour une histoire de petites voitures. A toutes les chanteuses québécoises qu'on a été forcés d'entendre brailler, au plus grand poète canadien contemporain, Léonard Cohen. Et puis j'écoute Tété, chanter l'automne à Montréal, et maintenant, je peux être à 7h tapante au coin de Rachel et St Laurent!

 

Commenter cet article