Résumé du week-end

Publié le par cecinestpasunblogsurmavieaucanada

A 23h, c'est le meilleur moment de la journée pour se détendre sur la terrasse, enfin un peu de frais dans cette journée étouffante, du coup j'en profite pour écire. Et comme toujours à Montréal, des relents de marijuana monte jusqu'à mes narines, venant d'on ne sait où, c'est à croire que c'est une initiative de la mairie pour rendre les montréalais cools. En parlant de montréalais cools, il y a un mythe qui prétend que tous les québécois sont super sympas, qu'ils t'aident sans problème dans la rue, qu'ils ont le coeur sur la main, qu'ils sont très sociables... Je ne peux pas vraiment dire le contraire, sauf qu'un québécois m'a quand même piqué mon porte-feuille, donc dans le genre "super sympa" tu repasseras! Mais ce n'est pas non plus le monde des bisounours, je ne les trouve pas plus sociables que les autres, moins stressés sans doute. C'est l'utilisation du tutoiement qui abolit les barrières de bienséance entre les gens et donne l'impression d'être plus proche, ce qui n'est pas forcément le cas.

 

lll-0024.JPG

Il y avait un petit peu de monde!


Et puis ce soir, en rentrant après être allée assister au concert de cloture du festival de jazz (en cloture c'était un groupe de folk-rock bizarre, normal!), j'attendais le bus à Mont-Royal et une chose inouïe pour une parisienne m'est arrivée, quelqu'un, un autre être humain, est venue me parler, pas pour me demander l'heure ou une cigarette, où  j'avais acheté mes baskets. Il est venu me parler parce qu'on attendait le bus au même endroit, alors autant faire passer le temps plus vite en badinant. Il faut dire que quand on se trimballe un réflex autour du cou ça attire un peu les gens qui aime la photo. Du coup, me voilà partie à discuter des mérites et des désavantages du numérique par rapport à l'argentique dans le bus 97 avec Jean. Et puis mon arrêt arrive, Jean et son roi de coeur tatoué sur l'avant-bras droit me souhaite le bon soir et espère me croiser de nouveau pour continuer la conversation, et puis c'est tout. Ce genre de chose, à Paris, ça n'arrive jamais!

Je suis de mauvaise foi de dire que les québécois sont aussi sympas que le reste de l'humanité, non, il faut bien avouer qu'à Montréal, les gens sont dans l'ensemble souriants, détendus et aimables, c'est un vrai choc culturel quand on est Française! Mais je crois que ça ne tient pas dans à la nature profonde du québécois, qui reste un être humain comme un autre, qu'à la nature de Montréal, j'ai bien écrit à la "nature" de Montréal, à l'aspect naturel de cette ville. On est dans la deuxième plus grande ville francophone du monde, il y a un peu moins de 2 millions d'habitants (peanuts en Amérique du Nord), mais on n'a pas l'impression de se trouver dans une métropole, on ne se sent pas oppressé. Les arbres et les parcs ne sont pas que des recycleurs de CO² et des clim' naturels se sont aussi des faiseurs de calme, ils aident les individus à se relaxer.

 

lll-0006.JPG


En même temps, j'habite sur le Plateau, je ne crois pas qu'il y ait de quartiers (à propos de "quartier", tout à l'heure je lisais une affichette placardée à un feu rouge et c'était écrit "ne faisons pas de cartier". J'ai trouvé c'était une faute d'orthographe très révélatrice pour des Québécois!) à Paris qui lui ressemble: c'est un village dans la ville, c'est "l'élite" culturelle du Québec. Tout le Québec connait le Plateau et l'expression "Toi t'es du Plateau" sert à qualifier tous les artistes srcibouillards écrivaillons et gratteurs d'instruments. Et les habitants du Plateau sont très fiers de cela. La réputation est sans doute un peu surfaite, mais il reste que le Plateau est un endroit très agréable à vivre, où on ne ressent aucune pression.

 

lll-0011.JPG

 

A Montréal, il n'y a pas que des Québécois sympas, il y a aussi des Hong-Kongais, des Coréens, des Anglais et des Français très sympas. Stéphane a une bande d'amis très soudés, ils vivent quasiment tous dans le même périmètre et j'ai eu tout le loisir de les cotoyer ce week-end.

Dans toutes les villes, aux beaux jours, on assiste à un phénomène de migration temporaire très intéressant: chargés de sacs, de glacières, de couvertures et de jouets en tout genre, les citadins émigrent vers les points verts, ils vont peupler pendant quelques heures de petits coins d'herbes, ombragés si possible. Je me suis joins à cette transhumance, pour aller prendre le frais au parc Lafontaine avec mon coloc', son fils, Eli et des amis à lui.

 

lll-0030.JPG

 

lll-0038.JPG

 

Le parc Lafontaine, durant les fins de semaine ensoleillées, ressemble plus à un camp de gitans qu'à un parc publique, les gens apportent leur guitare, des trompettes, des clarinettes, certains tendent des hamacs entre les arbres, ça dansent, ça courent, ça jouent, les chiens sautent dans le lac et s'ébrouent gaiement près des demoiselles en bikinis qui lézardent.

 

lll-0047.JPG

 

lll-0062.JPGMonsieur Eli 

 

Et le soir venu, on sort les barbecues miniatures des sacs, les saucisses des glacières, on va chercher de la bière chez le dépanneur du coin, on ne s'aperçoit même pas que le soleil a déjà disparu, sur les terrains de volley les parties continuent, les boules ne s'arrêtent pas de s'élancer vers le cochonnet et les guitares résonnent de plus belle.

 

lll-0072.JPG

 

On a fini la soirée sur le toit-terrasse d'un couple d'amis d'amis de Stéphane, pour regarder les feux d'artifice, en pestant contre la venue à Montréal du couple princier!! Moi, je n'ai pas pesté contre le couple, je n'ai rien contre eux, j'ai tenté avec Abby, la propriétaire du toit-terrasse qui est Anglaise et est mariée avec un Québécois de défendre un peu la royauté anglaise. Et comme les Québécois étaient bien émméchés, c'est la Française qui a raccompagné la petite bande en voiture!

 

Le dimanche, au pied du Mont-Royal, aux abords du monument de Georges-Etienne Cartier (ne pas confodnre avec Jacques Cartier. G-E est un homme politique du XIXe), les tam-tam (pareil tam-tam je ne sais pas où mettre le "s"?!!) résonnent. C'est le royaume du cheveu long et sale, des dreadlocks, des vendeurs de babiolles ethniques, des danseuses pieds-nus et des joueurs de percu. Tous anonymes et souvent non-professionnels, ils viennent avec leur instrument et se mettent à jouer tous ensemble des rythmes endiablés qu'on entend jusqu'au coeur du Parc. Quand on commence un peu à s'enfoncer dans les bois, on peut assister à un autre drôle de spectacle: des combats à l'épée (en mousse) de centurions, de pirates et autres chevaliers.

 

lll 0046

 

A partir de ce point, l'ascension vers le belphédère commence, deux options, soit le chemin Olmsted, qui serpente gentillement tout le long du Mont ou bien les escaliers, plus rapide, qui emmènent le courageux jusqu'au belvédère, mais le laisse en nage et essouflé en haut! Mais la vue sur Montréal est assez impressionnante.

 

lll-0064.JPG

 

Arrivée en haut, j'ai hérité d'un bébé car le papa avait mal au dos, tu m'étonnes, ça fait un mal de chien de porter ce genre de petit chose! Petit passage par le lac aux castors, histoire de faire la sieste à l'ombre.

 

lll-0074.JPG

 


lll-0067.JPGOn imagine pas la fatigue que c'est d'être porté toute la journée!!

 

Une dernière petite caresse au gros arbre et pis on rentre.

 

lll-0089.JPG

 

Moi je suis lessivée, il fait tellement chaud que le moindre mouvement te fait suer comme si tu avais couru un marathon, alors l'ascension du Mont-Royal c'était peut-être pas une bonne idée par cette chaleur! Oui, mais on est tellement bien à l'ombre de ces grands arbres. Et les Montréalais ne s'y trompent pas, car ils sont tous là!

 

lll 0094

 

Alors je ne sais pas si tous les québécois sont sympas et amicaux ou pas, j'en doute même, aucune généralisation est exacte, je sais juste que les Montréalais sont plus ouverts d'esprit et qu'ils prennent le temps de profiter du beau temps quand il est là, de la nature parce que dans 3 mois il fera froid et qu'il faut tisser maintenant les liens avec les autres, avant que l'hiver nous confine chacun chez soi.




 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article