Quittons

Publié le par cecinestpasunblogsurmavieaucanada

Quittons les nuages bas, les nuages gris, la pluie d'octobre en juillet, le vent et le froid, l'insupportable connerie des gens dans le métro, quittons les incompréhensions et les explications à fournir et allons vers le soleil dardant, la torpeur des nuits d'été des bords du Bosphore, allons voir à quoi ressemble un pont transcontinental, allons sentir la mélancolie des rues stambouliotes, allons nous extasier sur la sereine beauté de Ste Sophie!!!

Je rêve tant d'Istanbul, je devrai dire de Constantinople, depuis si longtemps, que je vais compter chaque minute jusqu'à ce que l'avion de Pegasus Airlines pose ses roues sur l'aéroport de Sabiha ce soir! Je vais coller mon visage au carreau du taxi pour l'apercevoir de nuit. Je ne vais pas dormir, comme les nuits qui précèdent Noël,je vais écouter les bruits de celle qui a eu trois noms et un destin de reine et au matin, enfin, tirer les rideaux et la contempler. "Il me tarde tant que le jour se lève", comme le disait si bien ce grand poète populaire corse, Tino Rossi. Le jour est levé, il devra encore passer en apportant sa cohorte de platitudes, de sottises, et de rires partagés dans un open space surchauffé, pour ensuite laisser place à cette nuit que déjà j'attends.

J'ai appris que le chemin parcouru est le plus intéressant dans le voyage, parfois peu importe le port d'arrivée, tant il est nécessaire d'avancer, de marcher, de fixer ses yeux sur l'horizon mais pour cette fois, seule la destination a de l'importance.

Quittons le jus de chaussette inbuvable et indispensable de la machine à café en salle de pause, quittons le XIXe arrondissement, quittons le jour de la Fête nationale, ses flon-flons tricolores et ses pétards mouillés. Allons vers les clameurs du Grand Bazar, allons sur les traces des Anges, des Comnènes et de toutes les autres dynasties byzantines. Allons admirer le harem et le trésor du palais de Topkapi, les mosaïques vernissées et les derniers Konaks en bois. Allons goûter aux odeurs, aux saveurs de cet orient mystérieux et pourtant si proche. Allons...

Commenter cet article