Les croisées du 16e

Publié le par cecinestpasunblogsurmavieaucanada

Comme j'aime la photo et Paris - même si j'ai parfois du mal à concilier les deux ensembles, mais chaque couple a ses problèmes, et avec Paris nous avons parfois des soucis de communication - j'ai offert mes services et maigres talents à l'association "Paris historique", dont le but est la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine architectural parisien.

Allez à l'association "Paris historique" c'est un peu comme aller au cinéma Majestic à Meaux un dimanche après-midi à la séance de 14h pour voir un film d'auteur (film d'auteur à Meaux voulant dire "pas américain" , "pas avec Kad Merad", et "pas en 3D"), mes 26 printemps ne permettent de faire tomber l'âge moyen de l'assemblée que de 76 ans et 8 mois à 76 ans et 4 mois!!

Je ne suis bénévole que depuis quelques semaines, mais je suis connue comme le loup blanc, si tôt le seuil du 44 rue François Miron franchit une nuée de fonds de teint, de rouge à lèvres criards, de perles pimpantes et de bracelets breloquants s'abattent sur moi comme les sauterelles sur les récoltes d'Egypte! J'exagère, parce qu'en plus, elles sont très gentilles,  "un peu ralenties" pour certaines (et l'expression n'est pas de moi mais de Jean-Claude qui gère la photothèque!)! A chaque fois que je viens j'en vois des différentes, mais elles savent toujours qui je suis, je me demande si le Paris Historique, n'accueillerai pas en son sein une annexe du Mossad, pour être aussi bien renseigné, la rue des rosiers n'est pas si loin! Ils me font rire à tous m'appeller Mme Pavan, j'ai pratiquement le réflexe de me retourner pour vérifier si la" vraie" Mme Pavan ne serait pas derrière moi! Ils me donnent du "vous" à toutes les sauces, se faire vouvoyer par des gens qui ont le triple de son âge c'est assez étrange, ça fait grande dame!

 

Le Paris Historique c'est David contre Goliath, c'est Robin des Bois, ce sont des gens qui luttent pour préserver un héritage historique dans une ville où les promoteurs immobiliers souhaiteraient être libre de créer une boîte de nuit ou un spa dans un immeuble du XVIIe. L'association se tient informer de tous les projets de construction à Paris qui implique la destruction ou la modification d'un immeuble existant, si cet immeuble présente un intérêt, elle va se battre bec et ongle pour le conserver. C'est au "Paris historique" que l'on doit la conservation et la réhabilitation des hôtels particuliers dans le Marais par exemple. Et à la photothèque nous photographions et répertorions dans une base de données tous les immeubles que la Ville de Paris a listé dans son Plan de Protection et de Valorisation du Patrimoine.

Tout ça pour dire que l'on m'a confié la haute tâche de photographié les immeubles du 16e arrondissement!  Ô joie, ô ravissement, mon arrondissement préféré dis-donc, pis juste à côté de la gare de l'Est c'est pratique et en plus il est tout petit encore mieux!!!!

 

Ce matin, de bonne heure et de bonne humeur, avec un brin de soleil, je me suis donc rendue dans cette contrée sauvage et inconnue. Moi qui aime tant les abords du Canal St Martin, la vie gouailleuse et poiseuse qui palpite de République à Bastille et les altitudes enjouées des Buttes Chaumont et de Ménilmontant, me voilà en pays ennemi, de l'autre côté de la frontière, là où les rues de moins de 10 mètres de large sont tout de même appelées "avenue", où "l'arabe du coin" roule en Porsche Cayenne parce qu'il vend une boite de petit pois 20€ et où les gens l'achètent en pensant faire un action humanitaire! Là où toutes les représentantes du genre féminin ont des serre-têtes ou des bandeaux dans les cheveux (vieux restes de lecture de Simone de Beauvoir, seul geste de révolte qu'elles se sont un jour autorisées!), où les mocassins à glands portés sans chaussettes sont très à la mode et où les feuilles mortes le sont d'ennui!

Le plus pénible dans le 16e arrondissement ce sont toutes les jolies petites rues, ces petites villas selon la terminologie voulue, calmes et ombragées, aux magnifiques bâtisses Art-Déco et Art-Nouveau où l'on aimeraient flâner, mais où l'on ne peut que jeter un oeil entre les barreaux des grilles qui les enclosent! Grilles, digicodes, caméras, "souriez vous êtes filmés!", adieu veau, vache, cochon, couvée et liberté! Là où jadis fleurissaient à perte de vue les champs et les jardins d'Auteuil, parsemés de fermes et de gens durs à la tâche, nous avons aujourd'hui un ghetto de parvenus enrichis qui dressent des murs de lingots pour ne pas voir la réalité du monde qui les entoure!

J'ai réussi par un heureux hasard à entrer dans l'une de ses rues privées et j'ai eu l'impression de faire quelque chose d'interdit, que si on me trouvait là on me jetterait en prison, comme si je n'avais pas le droit d'admirer le travail d'Hector Guimard, que pour cela il fallait appartenir au cercle, avoir été coopté.

 

Ma matinée n'a pas été aussi pénible que cela, il y a aussi de très joli coin dans le 16e, et j'ai sur ma route croisé de jolies croisées (fenêtres, pour ceux qui ne lisent pas les aventures de Nicolas le Floch et ne sont pas habitués au parler XVIIIe!), alors je continue ma collection "portes et fenêtres", un jour j'en ferai une expo, sponsorisée par "K par K"!

 

portes-0017.JPG

 

Rue Claude Terrasse, où je devais photographier une ancienne ferme, la conception de "ferme" dans le 16e diverge un peu de celle que nous autres bouseux de la Brie connaissons! En refaisant les contrastes de ma photo, je me suis aperçue qu'une petite branche apparaissait dans l'ombre de la plus petite des cheminées!

 

 

portes-0029.JPG

 

Boulevard Excelmans, un immeuble des années 1930 architecture "transatlantique" m'attendait, mais en passant, j'ai vu un bow-window, les branches des arbres qui s'y reflètaient et la petite tâche de blanc des fleurs dans leur vase! Mise en abyme de la végétation! je les trouve un peu triste ces fleurs!

Comme vous avez tous envie de savoir ce qu'est un immeuble architecture "transatlantique", voilà:

 

portes-0033.JPG

 

J'ai oublié le nom de cette rue, mais en empruntant la rue Boileau, je suis tombée sur le laboratoire d'aérodynamisme de Gustave Eiffel, un bâtiment qui fait penser à un hangar avec un porte en bois immense digne d'un chais bourguignon. Et une fenêtre d'usine où se reflètent d'autres fenêtres.

 

portes-0065.JPG

 

portes-0070-copie-1.JPG

 

Cette porte a aussi sa place dans ma collection, car vraiment elle est gigantesque dans cette rue minuscule (mais qui n'a pas eu droit à l'appelation d'avenue!)

 

Plus loin dans la rue Boileau, alors que j'attendais en vain que quelqu'un sorte de l'une de ces rues privées, que je faisais le pied de grue en persiflant contre la classe dirigeante de ce pays et en invoquant Jean-Luc notre sauveur, j'ai vu un de mes sujets préférés en photo, couloir sombre avec porte entre-ouverte au fond!

 

portes-0074.JPG

 

Et j'ai même réussi à décrocher le mégo jackpot: couloir sombre, porte entre ouverte et reflet de fenêtres dans porte vitrée!!!!! Cette photo vaut de l'or dans ma collection, pièce unique et le pire c'est que je n'ai pas fait exprès, je n'ai vu, comme pour la première avec la petite branche, que sur mon pc que j'avais pris le reflet!

 

portes-0076.JPG

 

Finalement, je pense pouvoir m'accomoder du 16e, s'il m'aide à garnir ma collection K par K!!!

Mais les serre-têtes il faut quand même arrêter!!!

Commenter cet article