Autour du Mall

Publié le par cecinestpasunblogsurmavieaucanada

Je redoutais un peu de devoir écrire l'article sur Washington, car cette ville m'a laissé une impression étrange, comme un goût d'inachevé. Pas inachevé dans le sens où les bâtiments ne seraient pas terminés! Mais plutôt dans la manière où je l'ai visité, j'ai dû râté quelque chose et je m'en veux de ne pas avoir su comprendre cette ville comme elle le mérite, la voir avec d'autres yeux que les miens! Pas facile à faire, mais j'aurai aimé la voir avec la ferveur des Américains, avec les yeux écarquillés et le sourire fier d'appartenir à une nation capable de construire tout cela.

Je ne referai pas mon laïus sur les héros, mais c'est sans doute cette démonstration outrancière de la puissance victorieuse des Etats-Unis qui m'a dérangé et mise mal à l'aise.

Moi je n'ai vu en Washington qu'une ville bureaucratique, une ville-musée, qui en tant que capitale doit symboliser tellement de choses qu'elle en a oublié d'avoir une âme, une personnalité propre. C'est une ville basse, trapue, simple mais en même temps qui manque d'élégance, de finesse avec ses immeubles carrés, austères, et ses colonnades, mon dieu, partout, des colonnes, des colonnes et encore des colonnes. A croire que le seul artifice architectural, aux yeux des Américains, qui puisse transcrire la puissance étatique c'est la colonnade!

 

Il faut dire aussi que les conditions de ma visite n'étaient peut-être pas optimales, j'étais fatiguée, Washington était ma troisième ville en une semaine, je commençais à sentir une pointe de lassitude à être seule et à devoir marcher toute la journée. La chaleur était très intense, 36° à l'ombre, dès 9h du matin c'est la fournaise, ce qui donne un choc thermique terrible lorsque l'on rentre dans les bâtiments surclimatisés. Au-delà du fait d'abrutir totalement les marcheurs tout au long de la journée, le soleil , lorsqu'il est aussi fort et implacable, change le paysage. Le Mall, cette grande promenade qui mène du Capitole au Lincoln Mémorial, avait par endroit des aspects de terrain vague, l'herbe était totalement cuite par le soleil, laissant la terre apparente, et le vent lorsqu'il soufflait faisait s'élever d'immenses nuages de poussière.

L'auberge de jeunesse que j'avais réservé, si elle n'était pas cher, se trouvait très loin du centre-ville, 30 minutes en bus, dans les quartiers Est de la ville, et comme dans un grand nombre de villes dans le monde, la partie Est n'est pas réservée à la classe dirigeante. Le matin et le soir quand je prenais le bus pour aller et revenir du centre-ville, j'étais la seule blanche et l'une des rares à ne pas être obèse, c'est une sensation étrange à vivre. Je ne sais pas ce que c'est d'être de couleur dans une société blanche, d'être celle que, malgré tous les discours politiquement corrects de tolérance, on regarde comme l'étrangère. Pour le coup, j'étais vraiment une étrangère, Française aux Etats-Unis, blanche dans un quartier noir, touriste dans un bus de travailleurs. 

Et de manière plus terre à terre, ce qui m'a un peu déçue, beaucoup déçue, c'est l'absence de Reflecting Pool! Reflecting Pool c'est cet immense bassin dans lequel s'élance Robin Wright Penn dans Forrest Gump, c'est celui qui reflétait les visages des 200 000 personnes venus écouter Martin Luther King leur raconter un rêve qu'il avait fait. C'est cette étendue d'eau inspirée par le Grand Canal de Versailles et les bassins du Taj Mahal, qui rend la perspective du Mall si unique. J'ai eu droit plutôt à une demolishing pool!

 

USA-0375.JPG

Le grand rectangle marron c'est Reflecting Pool!

 

So what Washington? Washington, ville-capitale, ville-état, ville-idée, ville-musée. Washington est sortie ex-nihilo de l'esprit d'un ingénieur militaire Français, Pierre-Charles L'Enfant, pour incarner les idées fondatrices, socle des Etats-Unis. Elle s'est construite autour du Capitole, le siège du pouvoir législatif américain. De ce point zéro partent 4 grandes avenues qui séparent la ville en quadrants: North Capitole, South Capitole, East Capitole et... le Mall! Les rues sont numérotées du nord au sud et elles portent des lettres d'est en ouest. Mon auberge se situait sur H street à l'intersection avec la 23e NE. Ce qui veut dire qu'il y a 3 autres H street et 23e!!

 

http://www.blup.fr/wp-content/uploads/2008_10_20_mall_map.png

 

Washington rassemble tous les monuments les plus célébres des Etats-Unis, hormis la Statue de la Liberté, le Mont Rushmore et le Golden Gate, tout y est! Se balader dans Washington c'est rentrer dans un écran de cinéma ou dans sa télévision, on a une impression de déjà-vu partout, on s'attendrait presque à croiser les héros de NCIS, de Bones ou de A la maison blanche dans les rues. Tous les monuments et les musées se situent autour du Mall, très pratique. Alors suivez le guide!

 

USA-0336.JPG

 

USA-0338.JPG

 

En la regardant, comme tout le monde, je me suis demandée si Obama était dans le bureau ovale! Ce qui m'a le plus surpris c'est le jardin ouvert à la vue, contrairement à l'Elysée, ou des hauts murs emprisonnent les parterres de fleurs et le vert du gazon. Autre surprise, l'architecte qui l'a dessiné s'est inspiré d'un chateau du Périgord: le château de Rastignac. Et son surnom de Maison Blanche lui a été donnée après l'incendie de 1814 qui la ravagea, lorsqu'elle a été repeinte pour effacer les traces de suie.

 

USA-0340.JPG

 

  Le Washington Monument, selon le Guide du Routard c'est la plus haute construction en maçonnerie pure du monde, je ne sais pas bien ce que ça veut dire, mais comme c'est les Etats-Unis il fallait bien qu'ils trouvent un petit "quelque chose" qui soit le plus meilleur du monde!! On peut monter dedans mais je me suis évitée ce supplice.

 

USA-0341.JPG

 

Le Lincoln Mémorial en lui-même ne m'a pas impresionnée, c'est un temple grec, qui n'a pas de fonction religieuse, 2500 ans et qui n'est pas en Grèce! Par contre, la statue de Lincoln est magnifique, imposante et on éprouve une certaine émotion à se retrouver face à l'image d'un homme qui a changé la destinée de son pays par ses convictions, son courage et son obstination.

 

USA-0389.JPG

 

USA-0363.JPG

 

USA-0378.JPG

 

Le Capitole, qui sous son dôme accueille le Congrès: le Sénat et la chambre des représentants. C'est le lieu où le tout-sécuritaire américain se fait le plus sentir, forcément. Les services de sécurité m'ont obligé à jeter ma crème solaire! Et oui, c'est bien connu les bombes sales à l'écran total, elles vous font exploser mais sans prendre de coups de soleil! Moi qui ne saurai même pas faire une mayonnaise, alors une bombe avec mon aérosol de créme solaire!!!

 

USA-0441.JPG

 

USA-0453.JPG

 

La visite du Capitole est des plus décevantes, déjà tout est en anglais et les guides sont de vraies mitraillettes! En tout, elle dure 15 minutes et on ne voit que le dôme et la salle des statues, point barre! Et il faut suivre le guide, ne pas s'éloigner, ne prendre des photos que lorsque le guide le permet. On peut respirer mais pas trop fort!!

 

USA-0442.JPG

 

Le Jefferson Memorial, je l'avais aperçu de loin, dans l'après-midi en descendant le Mall, le Temple de l'Amour à Versailles, me suis-je dit (si vous n'avez jamais vu le temple de l'Amour à Versailles, il va falloir y remédier, il se trouve dans les jardins de Trianon, du grand me semble-t-il), petit dôme à colonnes seul au bord de l'eau. Je n'ai pu arriver qu'à lui dans la soirée, quelle bonne idée j'avais eu. Je l'ai trouvé quasiment dépeuplé de ses milliers de visiteurs quotidiens, d'un calme olympien, bien plus grand que le temple de l'Amour et bientôt baigné par le rose du soir. Au mur, gravés certains des discours du troisième président, des mots plein de sagesse, qui appellent à ne pas céder à la facilité, à méditer!

 

 

USA-0429.JPG

 

USA-0424.JPG

 

USA-0425.JPG

 

USA-0436.JPG

 

Si j'étais arrivée en début de soirée au Jefferson memorial, c'est parce qu'auparavant, j'avais traversé le fleuve pour aller sur la rive des morts. Le Potomac n'est ni le Styx ni le Nil, il n'y a pas la rive des morts à l'Ouest et celle des vivants à l'Est, pourtant en traversant le Arlington Memorial Bridge c'est cette impression qui s'est emparée de moi.

 

USA-0352.JPG

 

C'était déjà impressionnant de voir les milliers de noms inscrits dans la pierre noire du Vietnam Memorial, mais de contempler alignées toutes ces croix, simples, blanches, en rang, prêtes à partir au front, on se sent ridiculement insignifiant. Même si, à Arlington ne sont pas enterrés que les soldats morts au combat mais aussi ceux qui après avoir honorablement servi leur pays, après avoir survécu aux balles ennemies, aux bombes et aux effluves de napalm, ont succombé à un cancer, une crise cardiaque ou paisiblement dans leur lit. Un bouquet d'hortensias bleus fraichement cueillis au pied d'une croix me rappelle que ces morts ne sont pas tous d'un autre âge, ne sont pas tous tombés aux champs d'honneur de guerres anciennes. 

 

USA-0399.JPG

 

USA-0392.JPG

 

C'est accablant de regarder des milliers de croix, chacune symbolisant un homme, sur les pentes de l'ossuaire de Douaumont, tous ces hommes morts au début du siècle dernier. Mais c'est tout simplement insupportable de devoir observer le même spectacle en ce début de siècle, de s'apercevoir que jamais les hommes n'apprennent, qu'à la guerre, on y meurt!

 

USA-0400.JPG

 

Parfois on peut aussi mourir à Dallas, un matin ensoleillé de novembre, d'une balle en pleine tête.

 

USA-0401.JPG

 

C'est encore troublée et émue par le spectacle désolant et aussi magnifique du cimetière d'Arlington que j'ai longé le Potomac pour rejoindre le Lincoln Memorial, en chemin, j'ai entraperçu le Pentagone de loin.

 

USA-0418.JPG

 

Et la magie d'un coucher de soleil, accompagné par la musique entrainante de l'orchestre de l'armée américaine m'a fait oublier la fatigue, la faim, la solitude et les morts d'Arlington, en tout cas pour quelques instants...


USA-0437.JPG

 

USA-0438.JPG

 


Commenter cet article